Composer avec la perte et le deuil

La perte et le deuil font partie de l’expérience humaine et nous devons tous y faire face à un moment ou à un autre. Il n’existe pas qu’une seule bonne façon de faire un deuil; il n’y a d’ailleurs pas non plus de délai de guérison précis pour tout le monde. Pour certains, le chagrin s’atténue en quelques semaines ou quelques mois; pour d’autres, cela peut prendre des années. Il n’existe pas véritablement de bonne façon de faire un deuil et nous le vivons d’ailleurs tous un peu différemment.

La perte se présente sous plusieurs formes; elle est porteuse de bien des sens et elle est vécue de façons fort différentes. Une chose est certaine : nous et tous ceux que nous aimons, à un moment donné dans nos vies, allons vivre une perte. Prenons, par exemple, les petites histoires suivantes de gens qui doivent gérer une telle situation :

La mère de Colleen est décédée il y a six mois. Depuis, Colleen a l’humeur sombre, est peu motivée et ne se reconnaît guère. Elle a de bons et de mauvais jours, mais étant donné que le décès de sa mère était attendu à la suite d’une série d’accidents vasculaires cérébraux, Colleen se surprend à être incapable de le vivre avec sérénité.

Nur a reçu un diagnostic de cancer du côlon il y a maintenant un an. Elle a dû malheureusement subir une opération chirurgicale, une colostomie, et recevoir des traitements de chimiothérapie. Elle récupère bien et elle a des chances de s’en sortir de façon satisfaisante, mais son moral est bas et, comme Colleen, elle ne se reconnaît guère. Elle a l’impression de s’être fait « couper l’herbe sous les pieds » et elle ne sait pas comment « reprendre sa vie en main ».

Minzi, le chien de Folami, est décédé récemment à l’âge de 16 ans. Il était son compagnon depuis qu’il était jeune garçon. Folami a été extrêmement bouleversé par la perte de son chien et il est étonné et gêné de sa réaction. Il fait de véritables efforts afin de cacher ses sentiments à sa famille et à ses amis. Toutefois, la plupart du temps, cela s’avère pénible et il a du mal à bien fonctionner au travail.

Jeff a récemment divorcé, après avoir vécu 24 ans avec la même personne. Il ne s’attendait pas à un tel dénouement. En fait, il était complètement abasourdi, car il croyait que tout allait bien entre eux. Il est incapable de bien fonctionner au quotidien et son médecin lui a conseillé de commencer par prendre un mois de congé du travail. Jeff est préoccupé puisqu’il pense être déprimé, mais son médecin croit que ce que Jeff vit est normal et qu’il s’agit seulement d’une réaction intense à la rupture de son couple.

Toutes ces personnes vivent un deuil. Dans le cas de Colleen et de Jeff, ce deuil concerne la perte d’un être cher; Folami, quant à lui, vit la perte de son animal de compagnie après seize ans d’amitié. Nur réagit à la perte de sa vie telle qu’elle la connaissait, ainsi qu’à la perte du corps qu’elle avait et de sa santé. Elle est maintenant dominée par les craintes d’une récidive de son cancer.

Le deuil est une réaction normale à une perte. En tant qu’humains, nous sommes                           « programmés » pour entretenir des relations avec autrui, incluant nos animaux de compagnie. Nous créons des liens avec nos croyances et nos rêves également — comme la croyance que nos vies sont prévisibles, que le monde est juste, que nous allons toujours être en santé ou encore mariés. Lorsqu’un lien important est coupé par la mort ou par d’autres formes de perte comme le divorce, les gens ont souvent une réaction très intense. La perte peut provoquer de fortes réactions malgré le fait qu’elle puisse être la bienvenue, comme dans les cas de divorce, ou qu’elle soit attendue, comme le décès d’un parent âgé ou malade. Nos réactions peuvent nous surprendre, surtout si nous n’avons jamais vécu une perte importante auparavant. Pleurer ou être incapable de pleurer, se sentir triste ou engourdi ou être anxieux ou incapable de fonctionner au quotidien, surtout immédiatement après une perte, sont des réactions émotionnelles communes.

De plus, les symptômes ne se situent pas seulement au niveau émotionnel. Plusieurs personnes éprouvent de la fatigue, des maux de tête, des douleurs à la poitrine, de la nausée ou de la difficulté à dormir. Bien que les symptômes émotionnels et physiques soient souvent intenses au cours des premières semaines et des premiers mois après avoir vécu une perte, ils s’estompent généralement par la suite. Cependant, c’est un mythe de penser que les gens vont s’adapter à cette perte au bout d’un an, une période de temps souvent citée. Le temps nécessaire pour s’en remettre varie considérablement d’une personne à l’autre, dépendamment de plusieurs facteurs tels que l’expérience antérieure de pertes ou de traumatismes, la signification de la perte ou le niveau de stress.

Graduellement et au fil du temps, la plupart des gens s’adaptent à une perte. Cela ne signifie pas qu’ils n’éprouvent pas de tristesse par moments, et tout particulièrement lors des anniversaires ou à l’occasion d’autres dates importantes. Et cela ne veut pas dire pour autant qu’ils n’éprouveront plus jamais de sentiments de deuil et de chagrin intenses. Le deuil nous prend souvent par surprise, parfois des années après une perte. Néanmoins, cela veut dire que nous ajustons nos vies et continuons à vivre au jour le jour, et nous sommes capables de fonctionner normalement, comme avant. Par exemple, nous développons une nouvelle relation avec la personne qui n’est plus, une relation qui évolue sans leur présence physique, mais à travers la mémoire. Ces souvenirs deviennent désormais une partie importante de qui nous sommes. De plus, nous modifions nos croyances pour compenser cette perte. Certaines personnes éprouvent plus de difficulté que d’autres et elles bénéficient de soutien professionnel en cas de deuil. Cet élément sera traité plus en détail ci-après.

Comment prendre soin de vous à la suite d’une perte

De nombreuses personnes ont de la difficulté à demander de l’aide. Certaines ont honte d’exprimer des émotions fortes et de pleurer devant les autres. Toutefois, les émotions fortes font partie du deuil et ne peuvent être évitées sans en payer le prix. Tout le monde a besoin de soutien dans de tels moments. Si vous avez souffert d’une perte, voici quelques conseils pour vous aider à prendre soin de vous-même.

  • Puisez dans le soutien offert par les autres. Que vous ayez envie de parler de votre expérience ou non, le sentiment d’être soutenu par les gens qui vous entourent peut soulager la douleur associée à une perte. Les amis et les membres de la famille, qui comprennent ce que vous vivez et qui sont prêts à vous accompagner, peuvent même parfois vous distraire, ce qui peut s’avérer extrêmement bénéfique. L’aide apportée par un professionnel de la santé mentale peut également être nécessaire. Vous pourriez peut-être trouver utile de vous joindre à un groupe de soutien aux personnes endeuillées ou ayant vécu des pertes.
  • Planifiez des activités quotidiennes apaisantes. Écoutez de la musique, faites du yoga, de la méditation ou allez faire une promenade. Toutes ces activités peuvent être bénéfiques. Trouver des endroits réconfortants et y passer du temps peut également être utile même s’il s’agit de vous retrouver dans votre fauteuil favori avec une couverture douce. Prenez également soin de vous physiquement. Bien manger, dormir suffisamment, faire de l’activité physique et limiter la consommation d’alcool ou d’autres substances utilisées à des fins récréatives peuvent vous aider sur le plan émotif.
  • Renouez avec votre spiritualité. Si vous avez des croyances ou des pratiques religieuses, ces dernières peuvent être particulièrement utiles. Si vous aviez abandonné ces croyances et pratiques, il pourrait être bien de vous les réapproprier. Explorer votre spiritualité peut apporter beaucoup de réconfort. Cependant, les pratiques spirituelles ne doivent pas nécessairement être associées à une religion en particulier. Toute pratique enrichissante pour vous et qui vous aide à tisser un lien avec quelque chose de plus grand que soi, même des principes de base comme la paix ou des activités altruistes, peut vous aider à composer avec une perte marquante.
  • Soyez patient avec ceux qui semblent incapables de réagir comme vous le souhaitez. De nombreuses personnes n’ont pas beaucoup d’expérience avec la perte et ils ont tellement peur de dire la mauvaise chose qu’ils se retirent et évitent de parler, ou disent des choses qui sont peu utiles. Essayez de regarder au-delà des mots ou du comportement pour trouver l’intention première. Vous allez réaliser que leurs intentions sont bonnes. Un simple « Merci de votre gentillesse, » peut vous aider tous les deux à passer au travers des moments gênants. Toutefois, si cette personne occupe une place importante pour vous, lui expliquer gentiment ce que vous attendez d’elle peut s’avérer un geste opportun.
  • Confrontez vos sentiments. Initialement, l’incrédulité et le sentiment d’engourdissement sont courants. La tristesse, la culpabilité, la colère, l’anxiété et la peur sont également des sentiments couramment ressentis. Trouvez un moyen de les exprimer dans une conversation, en écrivant dans un journal, en réalisant un album de découpures ou de photos, en pratiquant la danse ou en utilisant d’autres médias artistiques. Vous investir dans une cause est de quelque façon liée à votre perte peut également être utile.
  • Ne laissez pas les autres vous dicter la façon de vivre votre deuil ou encore le moment idéal pour tourner la page. Chacun vit son deuil différemment et le vôtre vous appartient. Il existe un très large éventail d’expériences qui sont « normales »!

Avez-vous besoin d’aide supplémentaire?

Avec le temps, la plupart des gens parviennent à composer avec une perte. Bien que vous n’oubliez pas la personne ou l’objet de votre perte, avec le temps, votre douleur s’estompera, et cessera d’être le sentiment dominant qui vous habite. Les émotions les plus fortes vont s’atténuer et vous allez alors être en mesure de vivre normalement. Cependant, à l’occasion, il est possible que certaines personnes développent d’autres difficultés et qu’elles aient besoin de conseils professionnels.

Si, après de nombreux mois, votre deuil ne s’atténue pas ou que vos symptômes semblent s’aggraver, vous souffrez peut-être de deuil compliqué ou de dépression clinique. Certains types de pertes sont couramment associés au deuil compliqué comme dans les cas où la mort est reliée à un meurtre ou à un suicide ou lorsque le corps n’est pas retrouvé. Le deuil compliqué se décrit comme le sentiment d’être perpétuellement pris dans un état de deuil. Vous ne faites que penser à l’autre personne et ce sentiment est accompagné d’émotions intenses qui perturbent votre vie et vos relations de façon importante. Si cette situation vous inquiète, parlez d’abord avec votre médecin, une infirmière ou un professionnel en santé mentale. Il existe des traitements pour le deuil compliqué et la dépression clinique.