Réduire le risque de développer le cancer du sein : prévention et dépistage

Le cancer du sein est la forme de cancer la plus fréquente chez les femmes, à l’exception des cancers de la peau sans mélanomes. La société canadienne du cancer estime que 25 % des nouveaux cas de cancer chez les femmes en 2019 seront des cancers du sein. Bien que ce soit plus rare, les hommes peuvent aussi développer le cancer du sein. De plus, ce type de cancer est en hausse chez les hommes depuis un certain moment selon un rapport qui chiffre cette augmentation à 26 % au cours des 25 dernières années.

Bien qu’il existe plusieurs façons de diminuer les risques de développer un cancer du sein, il est impossible de le prévenir, c’est pourquoi un dépistage précoce pour améliorer les résultats des traitements et les chances de survie sont le fondement de la lutte contre le cancer du sein selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).

À ce jour, le dépistage par mammographie (un rayon X à faible dose) s’est avéré la méthode de dépistage du cancer du sein la plus efficace, car elle aide à détecter un cancer aux stades précoces, lorsque les chances de traitement efficace sont plus élevées.

Risques de développer le cancer du sein

Il n’existe pas de cause unique du cancer du sein, mais les chercheurs ont identifié des facteurs (hormones, style de vie, environnement) qui peuvent augmenter les risques. Cependant, on comprend mal pourquoi certaines personnes chez lesquelles ces facteurs sont absents vont tout de même développer un cancer, tandis que d’autres présentant ces facteurs ne le développeront pas. Le cancer du sein est vraisemblablement causé par une interaction complexe entre la constitution génétique et l’environnement.

Les facteurs de risque comprennent :

Âge

83 % des cas de cancer du sein touchent des femmes âgées de plus de 50 ans.

Les hommes sont généralement 5 à 10 ans plus âgés que les femmes au moment du diagnostic.

Antécédents familiaux

Des antécédents de cancer dans la famille, surtout chez la mère, une sœur ou une fille diagnostiquée avant la ménopause, ou la présence d’une mutation des gènes BRCA1 ou BRCA2. Seulement 5 à 10 % des femmes qui ont un cancer du sein présentent un risque génétique.

Environ 15 à 20 % des hommes qui développent un cancer du sein ont des antécédents familiaux de cette maladie, comparativement à 7 % de la population masculine en général.

Maladies du sein antérieures

Biopsies révélant des cellules anormales.

Seins denses

Les seins denses présentent plus de tissu conjonctif, de glandes et de canaux galactophores que de tissu adipeux.

Aucune grossesse à terme

Ou une première grossesse à terme après l’âge de 30 ans.

Obésité et inactivité physique

Début des menstruations avant 12 ans

Ménopause après 55 ans

Prise de traitement hormonal substitutif (œstrogènes et progestine)

Pendant plus de 5 ans.

Consommation d’alcool

Comment réduire le risque de développer le cancer du sein

Bien que certains facteurs de risque, comme les antécédents familiaux, sont difficiles à contrôler, il y a certaines mesures (tels des changements à votre style de vie) que vous pouvez adopter afin de diminuer le risque de développer le cancer du sein. Jusqu’à 42 % des cancers du sein sont liés au style de vie et 5 à 10 % relèvent de la génétique. Pour réduire le risque :

  • Buvez de l’alcool de façon modérée. Même en petites quantités, l’alcool augmente le risque. Comparativement à quelqu’un qui ne boit aucun alcool, chaque consommation alcoolisée quotidienne augmente le risque de près de 10 %.
  • Conservez un poids santé. De petits changements à votre alimentation et votre activité physique peuvent vous aider à être en meilleure santé. Même une petite perte de poids peut diminuer votre risque.
  • Soyez actifs. L’activité physique, incluant les activités quotidiennes comme le jardinage, les tâches ménagères et la marche, peuvent améliorer votre santé, votre bien-être et votre qualité de vie, tout en diminuant vos risques de développer un cancer.
  • Parlez à votre médecin des avantages et des risques des contraceptifs oraux et du traitement hormonal substitutif (THS). Il est possible que vous soyez plus à risque de développer un cancer du sein si vous avez pris des contraceptifs oraux. Ce risque diminue lorsque vous cessez de les prendre. La prise de THS sur une longue période, particulièrement si elle est combinée avec un régime d’œstrogène et de progestérone, peut aussi augmenter le risque de développer un cancer du sein. Ce risque diminue rapidement lorsque vous cessez le traitement. Parlez à votre médecin ou votre infirmière praticienne avant d’apporter toute modification à vos médicaments.
  • Envisagez l’allaitement si c’est possible. L’allaitement, surtout pendant une période d’un an ou plus dans votre vie, pourrait diminuer le risque de cancer du sein.
  • Parlez à votre médecin pour déterminer si vous êtes à risque de développer un cancer du sein. Vous pourriez être dirigée vers un dépistage pour personnes à haut risque ou une évaluation génétique dans certains cas spécifiques, y compris si : vous avez des antécédents familiaux de cancer du sein ou de l’ovaire; vous recevez un diagnostic de cancer du sein avant l’âge de 35 ans; vous avez des antécédents familiaux marqués de cancer du sein, de cancer de l’ovaire, ou d’autres cancers liés; vous êtes parent au premier degré (parent, frère, sœur ou enfant) d’une personne ayant la mutation génétique qui augmente le risque de cancer du sein (p. ex., BRCA1, BRCA2, TP53, PTEN, CDH1); vous avez des antécédents familiaux de cancer du sein chez un homme; ou, vous êtes d’origine juive ashkénaze.
  • Connaissez vos seins. En connaissant bien vos seins à l’état normal, vous allez remarquer s’il y a des changements et pourrez contacter votre médecin immédiatement. Détails à surveiller : masses ou tuméfaction sur les seins ou les aisselles; écoulement du mamelon (clair ou avec des traces de sang); changement de l’apparence ou la sensation des mamelons; changement de la peau sur les seins à l’apparence ou au toucher; ou, changement de la taille ou de la forme du sein.

Les recherches indiquent que d’autres facteurs, comme le tabagisme, l’exposition à des produits chimiques qui peuvent causer le cancer et le changement de niveaux hormonaux en raison du travail de nuit, peuvent également augmenter les risques de développer un cancer du sein, mais il faudra davantage de recherches pour déterminer clairement le rôle de ces facteurs par rapport au cancer du sein.

Quand passer une mammographie

Le dépistage du cancer du sein est un examen effectué sur les personnes possiblement à risque de développer un cancer, même si elles n’ont aucun symptôme et se sentent bien.

Le dépistage par mammographie (un rayon X à faible dose) est utilisé pour détecter le cancer du sein aux stades précoces, avant qu’il ne soit possible de sentir une bosse. La mammographie permet donc de détecter un cancer du sein lorsqu’il est peu développé; ce cancer a donc peu de chance de s’être répandu et les probabilités de traitement réussi sont plus élevées.

Les examens de dépistage ne sont pas précis à 100 %, mais des preuves scientifiques démontrent que passer une mammographie régulièrement diminue les risques de décès par le cancer du sein. Vous devriez être conscients des avantages et des limites du dépistage par mammographie selon votre âge et les facteurs de risque afin de déterminer si cet examen représente une bonne option pour vous. Discutez-en avec votre médecin pour vous aider à prendre une décision.

Si vous avez un RISQUE MOYEN de développer un cancer du sein

Les lignes directrices canadiennes pour le dépistage du cancer du sein chez les femmes à risque moyen de le développer, élaborées par le Groupe d’étude canadien sur les soins de santé préventifs, recommandent :

  • Femmes de moins de 40 ans :Aucun dépistage. Par contre, il est recommandé de communiquer avec votre médecin en cas de changements au niveau de vos seins.
  • Femmes âgées de 40 à 49 ans :Aucun dépistage. Une évaluation des données probantes démontre qu’il n’y a aucun avantage par rapport à la mortalité pour les femmes à risque moyennement élevé dans cette catégorie d’âge. Cependant, vous pouvez parler à votre médecin de vos risques liés au cancer du sein, ainsi que les avantages et limites de passer une mammographie. Des recherches sur les mammographies régulières chez les femmes dans la quarantaine sont toujours en cours.
    Femmes âgées de 50 à 74 ans :Dépistage systématique tous les 2 à 3 ans (61 % des cas de cancer du sein ont lieu chez les femmes de cette catégorie d’âge). La société canadienne du cancer recommande une mammographie tous les 2 ans pour ce groupe.
  • Femmes de plus de 75 ans :Aucune recommandation n’a été émise concernant cette catégorie d’âge. Parlez à votre médecin de vos facteurs de risque et de la fréquence à laquelle vous devriez passer une mammographie.

Si vous avez un RISQUE ÉLEVÉ de développer un cancer du sein

Pour les femmes à risque élevé de développer un cancer du sein, il est recommandé de commencer le dépistage à 30 ans. Le Programme ontarien de dépistage du cancer du sein recommande que les femmes entre 30 et 69 ans qui ont un risque élevé de développer un cancer du sein passent un test de dépistage annuel accompagné d’une imagerie par résonance magnétique (IRM) des seins. Si l’IRM n’est pas appropriée sur le plan médical, un dépistage par ultrasons peut être utilisé.

Que vous présentiez un risque moyen ou élevé, il est important de parler à votre médecin ou votre infirmière praticienne par rapport aux avantages et aux limites du dépistage du cancer du sein.

SOURCES :

BC Cancer

Action Cancer Ontario

Société canadienne du cancer

Société canadienne du cancer

Société canadienne du cancer 

Centers for Disease Control and Prevention

Gouvernement du Canada

Mayo Clinic

Rethink Breast Cancer

Groupe d’étude canadien sur les soins de santé préventifs

UHN Princess Margaret Cancer Centre

Up-To-Date

Organisation mondiale de la Santé