Trouble de stress post-traumatique

Vous connaissez probablement le terme « trouble de stress post-traumatique », ou « TSPT », un trouble principalement retrouvé chez les anciens combattants. Toutefois, le TSPT peut également se produire quand une personne vit une expérience traumatisante, et plus particulièrement lorsqu’elle assiste à une mort ou craint qu’une mort survienne, que ce soit la sienne, celle d’un être cher ou de toute autre personne. Bien d’autres formes de traumatismes peuvent aussi engendrer un TSPT.

Ce trouble n’apparaît cependant pas chez toutes les personnes vivant un événement traumatisant. En fait, la moitié des gens vivront un jour ou l’autre une telle expérience, mais un TSPT se manifestera chez bien peu d’entre eux, parfois des mois ou des années plus tard.

Des chercheurs ont ciblé quelques facteurs susceptibles de protéger les gens et réduire leurs chances d’être touchés par la maladie. Ceux-ci comptent notamment :

  • une aide adéquate, suite à un événement, de la part de la famille, d’amis, de professionnels ou d’un groupe de soutien;
  • le recours à une ou plusieurs stratégies d’adaptation pour traverser l’épreuve;
  • l’impression de pouvoir retirer un apprentissage précieux de l’événement;
  • une attitude positive quant à sa manière de réagir lors de l’événement.

D’autres facteurs font en sorte d’augmenter la probabilité de souffrir du TSPT. Parmi ceux-ci, notons le manque de soutien affectif, le fait de vivre des événements traumatisants ou des pertes multiples, ou encore l’expérience simultanée d’un traumatisme et de troubles de santé mentale. Lorsque le TSPT survient, il peut avoir des répercussions importantes sur la qualité de vie d’une personne ainsi que sur ses relations et sa capacité à travailler.

Comment savoir si vous êtes affecté par un TSPT, ou si un être cher l’est?

Voici une série de questions pour vous aider à évaluer votre expérience ou celle d’un être cher par rapport au TSPT :

Au cours du dernier mois…[1]

  1. Avez-vous eu des cauchemars concernant les événements ou pensé involontairement à ceux-ci?
  2. Avez-vous fortement tenté de ne pas penser aux événements ou multiplié les efforts pour éviter les situations vous rappelant ceux-ci?
  3. Avez-vous été constamment sur vos gardes, vigilant ou facilement surpris?
  4. Avez-vous ressenti de l’abrutissement ou un détachement vis-à-vis des gens, des activités ou de votre entourage?
  5. Avez-vous ressenti de la culpabilité, ou étiez-vous incapable de cesser de vous blâmer ou de blâmer les autres pour les événements ou tout problème ayant pu en découler?

Si vous répondez par l’affirmative à au moins trois de ces cinq questions, il serait préférable de parler de vos symptômes à votre médecin ou à un professionnel de la santé mentale. Vous vivez peut-être un TSPT. Heureusement, d’excellents traitements peuvent vous aider à lutter contre ce trouble!

Quels sont les symptômes du TSPT? Trois types de symptômes peuvent se manifester :

  1. Symptômes de reviviscence: la personne revit l’événement traumatisant de manière persistante, notamment par la manifestation de pensées, de souvenirs ou de cauchemars envahissants. Elle peut également ressentir de la détresse si elle s’expose à des rappels (ou « déclencheurs ») de l’événement traumatisant initial.
  2. Évitement: la personne fuit systématiquement les situations susceptibles de provoquer des pensées ou des sensations liées au traumatisme ou qui s’y apparentent.
  3. Pensées et sentiments néfastes: le TSPT peut influer grandement sur les émotions et les pensées d’une personne. Souvent, les personnes atteintes constatent qu’elles ont des pensées et des sentiments négatifs à leur propre égard ou envers le monde; elles se sentent souvent isolées ou détachées.
  4. Symptômes d’hypervigilance: ils surviennent ou s’aggravent après le traumatisme, comme l’irritabilité, l’agressivité, les troubles de la concentration ou du sommeil, ainsi que les comportements destructifs ou à risque.

Il va sans dire que ces symptômes peuvent causer une détresse énorme à la personne affectée du TSPT et aux êtres chers qui l’entourent. Bien souvent, le trouble nuit également à son emploi.

Quels sont les traitements indiqués contre le TSPT?

La plupart du temps, les spécialistes traitent le TSPT par un mélange de counseling/thérapie et de médicaments. Les médicaments ne suffisent souvent pas à améliorer les symptômes à eux seuls, mais la thérapie le peut, avec le temps. Lors des séances de counseling, la personne apprend des moyens productifs de gérer ses symptômes, ce qui, au fil du temps, peut les atténuer. Elle apprend aussi à renverser les pensées néfastes potentiellement causées par le traumatisme. Voici quelques pensées courantes rencontrées :

  • Le monde n’est pas sûr, le danger est partout, ce qui engendre un niveau élevé de stress.
  • Je ne peux faire confiance à personne, ce qui complique les relations.
  • Je ne peux vivre l’intimité avec personne, même pas avec moi, ce qui provoque aussi des problèmes relationnels et favorise la dépression.

Si certaines activités d’autoassistance peuvent apporter des bienfaits à tous les troubles de santé mentale, y compris le TSPT, il est préférable d’obtenir de l’aide professionnelle si l’un de vos proches ou vous-même êtes aux prises avec ce trouble. Les professionnels de la santé mentale traitent souvent les traumatismes; ce sont les mieux placés pour vous orienter vers les bonnes ressources et vous apporter du soutien dès vos premières armes. Si vous souhaitez obtenir plus de renseignements, consultez ces sites Web d’intérêt :

Anciens Combattants Canada – de nombreux sites gouvernementaux canadiens et américains fournissent des renseignements taillés sur mesure pour les anciens combattants. Or, bien que certains détails puissent varier, l’information présentée s’applique habituellement au TSPT.

Centre de toxicomanie et de santé mentale – renseignements au sujet du TSPT (en anglais seulement).

National Institute of Mental Health (États-Unis)

[1] Prins, A., Bovin, M. J., Kimerling, R., Kaloupek, D. G., Marx, B. P., Pless Kaiser, A. et Schnurr, P. P. (2015). The Primary Care PTSD Screen for DSM-5 (PC-PTSD-5) [instrument de mesure].