Un auto-examen est vital pour détecter le cancer testiculaire de façon précoce

Avril est le mois de la sensibilisation au cancer testiculaire, mais les jeunes hommes devraient y penser tous les mois.

Le cancer testiculaire est le cancer le plus courant chez les hommes âgés de 15 à 29 ans, mais également celui qui se traite le plus facilement s’il est détecté tôt. Le taux de survie est de 97 % s’il est diagnostiqué et traité à un stade précoce.

La plupart des hommes découvrent ce cancer eux-mêmes en apprenant à connaître leur corps. Un auto-examen mensuel des testicules après une douche ou un bain chaud aide les hommes à reconnaître les anomalies pouvant indiquer un cancer et les amener à consulter un médecin rapidement. Plus le cancer testiculaire est diagnostique tôt, plus le pronostic est meilleur.

Environ 1100 Canadiens ont reçu un diagnostic de cancer testiculaire en 2017, et on estime que 45 d’entre eux en mourront. L’incidence du cancer testiculaire a augmenté constamment au cours des dernières décennies, mais on en comprend peu les raisons. C’est pourquoi il est tellement important pour les hommes de savoir ce qui est normal pour eux et de connaître les signes et les symptômes du cancer testiculaire. Un médecin doit vérifier tous les symptômes inhabituels, particulièrement s’ils se présentent souvent et durent plus de 2 à 4 semaines. Ces symptômes pourraient être causés par d’autres maladies et non par un cancer testiculaire.

Que rechercher? 

  • Une masse non douloureuse à l’un ou l’autre des testicules (pas toujours présente).
  • Un changement dans la taille, la forme ou la sensibilité des testicules ou du scrotum.
  • Une enflure des testicules ou du scrotum, ou une douleur à ceux-ci.
  • Une sensation de lourdeur dans le bas de l’abdomen ou du scrotum.
  • Une accumulation de liquide dans le scrotum.
  • Une douleur inhabituelle au dos qui ne s’estompe pas.
  • Une douleur ou une masse inexpliquée qui apparaît soudainement dans la région des muscles pectoraux.
  • Une perte de poids inexpliquée.
  • Une douleur aux seins ou le développement des seins.

Facteurs de risque

Le nombre d’hommes qui reçoivent un diagnostic de cancer testiculaire est faible avant la puberté, augmente considérablement après l’âge de 14 ans, atteint un pic vers l’âge de 30 ans et diminue à l’âge de 60 ans. L’incidence est plus élevée chez les hommes de race blanche comparativement aux hommes d’origine africaine ou asiatique, et il touche plus souvent les hommes dont le statut socio-économique est plus élevé.

Les causes du cancer testiculaire sont inconnues. Certains hommes sont plus à risque de développer la maladie, mais même chez les hommes présentant des facteurs de risque, très peu développeront un cancer. Les hommes dont le risque est plus élevé que la moyenne incluent ceux présentant les conditions suivantes :

  • antécédents de cryptorchidie (testicule non descendu dans le scrotum) – au stade de nourrisson ou à un très jeune âge);
  • antécédents familiaux de cancer testiculaire;
  • antécédents personnels de cancer testiculaire;
  • syndrome de Klinefelter;
  • dépôts de calcium dans le testicule;
  • grande taille à l’âge adulte;
  • signes de puberté précoce (mue de la voix et apparition de poils sur le visage et le corps à un jeune âge).

Les hommes présentant l’un ou l’autre de ces risques devraient demander un plan de dépistage personnel à leur médecin.

Ressources :

  1. Cancer testiculaire Canada https://www.cancertesticulaire.ong/
  2. Société canadienne du cancer http://www.cancer.ca/fr-ca/cancer-information/cancer-type/testicular/testicular-cancer/?region=on
  3. American Cancer Society (en anglais) https://www.cancer.org/cancer/testicular-cancer/detection-diagnosis-staging/signs-and-symptoms.html